2014

Les archives : tous les "posts" d'hier
  2013 2012
2011 2010 2009
2008 2007 2006
     

 

Décembre 2013 Novembre 2013 Octobre 2013 Septembre 2013
Aout 2013 Juillet 2013 Juin 2013 Mai 2013
Avril 2013 Mars 2013 Février 2013 Janvier 2013



 

barre

  4 juillet      2015 : L'accent de pasqua
barre

Charles Pasqua, qui vient de mourir, émettait de lui-même différentes images. Parrain, à tous les sens du terme, de la droite gaulliste, patron pendant vingt ans d’une police parallèle, le SAC (service d’action civique), mêlé à différents coups tordus, à des rétro commissions en tous genres, à des magouilles en Afrique, en particulier dans les casinos, il était en même temps le Fernandel de la politique, jouant de sa faconde méridionale avec talent. Mais c’est autre chose qui m’a marqué chez lui, quelque chose qui relève de la linguistique.

Pasqua a été par deux fois ministre de l’intérieur (et j’aimerais bien savoir ce qu’il a pu laisser, dans ses coffres forts, comme dossiers sur ses congénères politiques) et certains ont cru qu’il aurait pu avoir un destin national plus prestigieux, premier ministre ou, pourquoi pas, candidat à l’élection présidentielle. J’ai toujours pensé le contraire, que le ministère de l’intérieur était la plus haute fonction à laquelle il pouvait prétendre, non pas parce que ses capacités étaient limitées mais pour des raisons sémiologiques.

Tout d’abord une précision : Pasqua n’avait pas l’accent corse, mais un très fort accent grassois. Ce petit fils de berger corse était en effet né sur le continent, à Grasse, la ville des parfums qui dégage d’ailleurs parfois, lorsque le vent souffle des usines vers la ville, une odeur assez insupportable. Ce n’est cependant pas cette odeur qui aurait pu faire obstacle à sa carrière, mais son accent, justement. La France du Nord, et plus particulièrement Paris, où siège le pouvoir politique, porte en effet une oreille à la fois paternaliste et méprisante sur les accents autres que le sien. Je vais enfoncer une porte ouverte, mais il y a des évidences qu’il est bon de rappeler : « avoir un accent » est un lot commun, nous en avons tous un, Brestois comme Parisiens, Marseillais comme Strasbourgeois. Léo Ferré avait lancé un jour « ce qu’il y a d’encombrant dans la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres », et il en va de même pour l’accent : c’est toujours celui des autres.

Mais revenons à notre propos. Le temps de ce qu’on appelait la « république du cassoulet », dans laquelle dominait l’accent du Sud-Ouest, est bien révolu. Gaston Deffere par exemple, ancien maire de Marseille, n’a pas réussi dans sa tentative de candidature présidentielle, et Jean-Claude Gaudin, l’actuel maire de la même ville,  ne fut que brièvement ministre. Tous deux pouvaient être député ou sénateur, ministre, mais sûrement pas premier d’entre eux et encore moins président de la république.

Ces deux-là, comme bien d’autres, illustrent parfaitement le  « principe de Peter » selon lequel tout employé tend à s’élever jusqu’à son niveau d’incompétence, ou se trouve un jour confronté à son niveau d’incompétence. Appliqué au personnel politique, à la France et à la langue, ce principe pourrait se formuler de la façon suivante : tout homme politique se heurte un jour ou l’autre à son niveau d’incompétence déterminé par sa façon de parler français. Je sais que Sarkozy à réussi à être président alors qu’il parle comme un cochon, mais il parle avec un accent du Nord. Cela peut paraître idiot, mais le centralisme français, dans sa variante linguistique, n’a pas seulement écrasé les langues régionales, il a aussi disqualifié les accents régionaux. Le résultat en est que l’on peut faire une carrière locale, dans la politique, l’université ou le barreau, avec un accent alsacien, corse ou toulousain, mais que l’on peut difficilement aller plus haut.

En cela, si la carrière de Charles Pasqua n’a pas été une leçon de morale,  elle aura été une leçon de linguistique.


barre

  26 juin      2015 :  Plagiat? Bouquet final
barre

Je ne résiste pas au plaisir d’aborder une dernière fois l’instructive comparaison de deux textes. Les correspondances sont parfois bénignes, comme ci-dessous :

Calvet page 170

Il y retrouve bien vite Olivier Burgelin qui, à la demande d’Edgar Morin, a quitté la Maison des Lettres pour venir aux Hautes Etudes et prendre en charge le secrétariat de rédaction de la revue Communications

 

 

Gil page  248

Olivier Burgelin, désormais secrétaire de rédaction de Communications, quitte la Maison des Lettres et le rejoint à la  VI° section à la demande d’Edgar Morin

 

 

Mais le passage suivant est plus intéressant :

Calvet page 173 Et Violette Morin a une troisième version qu’elle tient de la bouche même de Barthes : Foucault, Jean-Paul Aron et lui étaient en vacances à Tanger, et Foucault se plaignait sans cesse, amèrement, de ne pas recevoir de nouvelles de son ami resté à Paris. Un jour une mettre arrive à l’hôtel. Barthes la prend, retrouve Foucault à la terrasse d’un café, entouré d’autres personnes, et la lui tend en riant, lui disant d’un air ironique « qu’il a enfin écrit ». Foucault n’a-t-il pas aimé le ton ?

 

Gil page 270 Violette Morin rapporte quant à elle une anecdote  racontée par Barthes : à Tanger ils sont en vacances avec Jean-Paul Aron et Foucault se plaint  de ne pas recevoir de nouvelles de son ami. Une lettre arrive enfin et Barthes seul présent à l’hôtel la lui apporte un peu plus tard. En la lui remettant, il fait une plaisanterie que Foucault aurait très mal prise.

 

En effet, Violette Morin « rapporte », mais rapporte à qui ? Elle est morte en 2003 et il est donc peu probable que M. Gil ait pu la rencontrer et l’interroger...

Passons à un exemple caractéristique de renvois incomplets ou sélectifs :

Calvet page 204

Arrive Catherine Backès-Clément qui, parallèlement à ses études de philosophie, suit les deux séminaires, celui de Barthes et celui de Greimas. « Je viens dit-elle de l’assemblée générale du département de philosophie et nous avons voté une motion qui se termine ainsi : » il est évident que les structures ne descendent pas dans la rue ». On se jette sur la formule, car le structuralisme est bien sûr au centre de la sémiologie, on discute... Barthes, en congé de révolution ce jour-là n’est donc pas là et n’est en rien responsable de la formule. Le lendemain pourtant, dans le couloir de la IVème section des Hautes Etudes, au premier étage de la Sorbonne,  une grande affiche –Barthes dit : « Les structures ne descendent pas dans la rue. Nous disons : « Barthes non plus ».

Cette intéressante manipulation de paternité amuse beaucoup Greimas qui, quelques mois plus tard, sera surpris de la fortune de l’expression. En effet, à l’automne 1968, il part aux Etats-Unis pour une série de conférences. Le premier jour, à Dan Diego, on l’introduit dans un amphithéâtre où il découvre au tableau une inscription à la craie : « les structures ne descendant pas dans la rue ». Il trouvera régulièrement la même phrase inscrite sur les différents tableaux noirs, partout où il passera. La formule, en français, était devenue Outre-Atlantique une sorte de slogan qui voulait marquer la fin d’une illusion sur le structuralisme.

 

Gil page 317

Catherine Backès-Clément arrive d’une AG de philosophie et rapporte une longue motion de trois pages qui se termine par la phrase : « il est évident que les structures ne descendent pas dans la rue ». La phrase est censée être de Barthes. Le constat est écrit au tableau du séminaire un jour que Barthes n’est pas là (un jour sur deux dans le séminaire qu’il partage avec Greimas) et est largement commentée devant Greimas. Il sait que la formule n’est pas de Barthes et trouve le lendemain sur la porte une grande affiche : « Barthes dit les structures ne descendent pas dans la rue. Nous disons Barthes non plus ». La formule fait fortune : Greimas, en tournée aux Etats-Unis trois mois plus tard la retrouvera sur les tableaux noirs des salles universitaires : transformée en slogan, elle symbolise la fin de la puissance structuraliste.

 

 

M. Gil renvoie bien à la page 214 de mon livre, juste après la phrase entre guillemets, « Barthes dit les structures ne descendent pas dans la rue. Nous disons Barthes non plus ». On ne sait donc pas que tout le passage vient de mon livre, et l’on sait encore moins que le récit de Greimas sur sa tournée de conférences au Etats Unis vient également de mon livre : mort en 1992, Greimas n’a sûrement pas pu donner ces détails à M. Gil.

Continuons :

Calvet page 222

 Or, à son retour du Maroc, le paysage culturel français a bougé ; nouvelles revues –Actuel, La cause du peuple dont Sartre a pris la direction après l’arrestation de Jean-Pierre Le Dantec, Charlie Hebdo, nouveaux groupes d’intervention idéologiques –le Secours Rouge, le MLF pour l’année 1970, d’autres suivront, etc. L’université aussi a bougé, les sciences humaines y sont entrées en force

 

 

Gil page 336

Or, depuis son séjour au Maroc, les paysages social, intellectuel et universitaires ont changé. De nouvelles revues de gauche ont vu le jour : Actuel, Charlie Hebdo, La Cause du peuple (dont Sartre a repris la « gérance » en 1971 après l’arrestation de Jean-Pierre le Dantec), de nouveaux mouvements qui  « démarginalisent » les minorités ou les opprimés (MLF, Secours Rouge). Les Sciences humaines remplacent à l’université les Humanités.

 

 

Il y a là, bien sûr, des faits historiques que n’importe qui peut trouver en faisant des recherches. Mais on ne peut qu’être frappé par la succession de mêmes détails et dans le même ordre : le paysage a changé, le nom des trois mêmes revues, ceux de Sartre et de Le Dantec, le Secours Rouge, le MLF, et enfin les Sciences humaines qui prennent place à l’université. Ce condensé de convergences laisse rêveur : décidément, les grands esprits se rencontrent....

 

Autre exemple :

Calvet page 246 

Hervé Landry... note également un trait plus singulier : Barthes, dit-il, n’avait jamais son carnet de chèque sur lui, mais simplement un chèque, glissé dans son portefeuille, qu’il sortait au moment de payer l’addition... En fait la précaution se comprend lorsqu’on sait comment et en quelle compagnie il lui arrivait de finir ses soirées

 

Gil page 368

Et selon Hervé Landry, compte tenu de ses fréquentations de fin de soirée et de début de nuit, il ne sortait jamais qu’avec un seul chèque

 

Ici les chose sont intéressantes car, dans un paragraphe précédent, on lit « Louis-Jean Calvet rapporte leur première rencontre... » : il s’agit de la rencontre entre Barthes et Jack Lang. Quinze lignes et un paragraphe plus bas on lit donc que « selon Hervé Landry », Barthes ne sortait qu’avec un seul chèque. Sans référence à mon livre...

Poursuivons :

Calvet page 257-58

L’entrée officielle au Collège de France approche. A l’automne, le futur professeur dîne avec Maurice Nadeau chez des amis communs. « Tu me donneras ta leçon inaugurale, je l’éditerai » propose Nadeau. Barthes saute sur la suggestion : bien sûr, quelle bonne idée. C’est Nadeau qui dans Combat lui a mis le pied à l’étrier, et c’est lui qui publiera l’achèvement de sa carrière. Plus tard, lorsque la Leçon paraîtra aux éditions du Seuil, Nadeau, un peu amer, lui rappellera sa promesse. Barthes rétorquera qu’il aura mal compris, que jamais il n’aurait pu envisager de publier ailleurs qu’au Seuil... En fait il est probable, comme on verra plus loin, que c’est le Seuil, en particulier François Wahl, qui l’aura empêché de publier chez Nadeau. A la même époque il termine son nouveau livre, les Fragments d’un discours amoureux et ne sait pas commencer agencer ces fragments, les différents chapitres. Avec Romaric, il s’amuse à les tirer au sort, plaçant les titres dans les ordres les plus variés, comme il jouait naguère avec les fiches de son Michelet. Il prépare aussi une maquette  pour la couverture de son livre, avec  l’un de ses dessins. Mais, de la même façon que le tirage au sort des chapitres ne le satisfera pas, il préférera finalement à son dessin un détail de Tobias et l’ange, de l’atelier du peintre florentin Verrochio.

 

Gil page 422

 En septembre il organise l’année universitaire à venir, le séminaire sur la voix et surtout l’entrée au Collège. Il dîne avec Maurice Nadeau et lui aurait promis à cette occasion se leçon inaugurale, qu’il publiera au Seuil finalement. Il termine son dernier livre, Fragments d’un discours amoureux, réécrit à partir du séminaire à partir du séminaire sur le « Discours amoureux » de 1072-73. Il ne sait pas comment agencer les « fragments » qui conformément au genre sont autonomes. Il n’opte pas pour un ordre alphabétique comme il l’a fait  dans Roland Barthes  mais les tire au sort avec Romaric, laissant l’organisation au hasard, comme il le faisait autrefois avec l’ordre des fiches du Michelet.

(...)

le livre devait présenter en couverture une de ses peintures, ce qui signait à nouveau sa dimension biographique –ce sera finalement un détail de Tobias et l’ange de l’atelier de Verrochio.

 

 

Et, pour finir (pour finir vraiment cette fois-ci, je vous le jure, même si je pourrais continuer encore longtemps...), un détail qui m’amuse car il concerne mon pays natal. Barthes rejoint son ami Rebeyrol, ambassadeur de France à Tunis. La résidence se trouve à La Marsa et un petit train, que j’ai souvent pris et que je connais donc bien, fait la navette. Comme on verra ci-dessous, M. Gil est très bien renseignée sur les transports tunisois:

Calvet page 273

 Il y a, entre Tunis et La Marsa, un petit train très populaire, le TGM (Tunis-La Goulette- La Marsa), et Rebeyrol se souvient que Barthes ne voulait jamais prendre la voiture de l’ambassadeur, préférant ce transport en commun dans lequel il pouvait faire des rencontre

 

Gil page 494

Lorsqu’il passe une semaine en Tunisie rejoindre Philippe Rebeyrol à la résidence de l’ambassadeur à La Marsa, il emprunte, pour pouvoir rencontrer des hommes, le TGM (Tunis-La Goulette-La Marsa) et non la voiture de fonction à disposition

 

 

Arrêtons donc là... Et, pour finir, un conseil. Lisez l’excellente biographie de Barthes que Tiphaine Samoyault vient de publier aux éditions du Seuil. En outre, elle cite se sources.


barre

  18 juin      2015 :  18 joint
barre

J'avais retrouvé ce texte il y a quelques années, en feuilletant un gros livre sur les "unes" de Libération, qui doit être dans un coin retiré de ma bibliothèque, sans prêter attention à l'année exacte, je savais simplement que c'était un 18 juin, mais ce matin, en lisant Libé, l'évidence m'a sauté aux yeux. On y faisait référence à un appel pour la légalisation du cannabis, que j'avais signé, l'appel du 18 joint (ça c'est bien le style de Libé), publié le 18 juin 1976. Il y a 39 ans! Ce qui d'une part prouve que les choses n'avancent pas vite en France, et d'autre part ne me rajeunit pas. Devant cette double évidence harassante, je baisse les bras et part à Paris pour la fête de la musique. A bientôt...




barre

17 juin      2015 :  Nationalisme, racisme...
barre

A Prunelli-di-Fiumorbu, en Haute-Corse, les institutrices avaient prévu pour la fête de fin d’année de faire chanter par les élèves Imagine, de John Lennon, en cinq langues : par ordre alphabétique l’anglais, l’arabe, le corse, l’espagnol et le français. Hélas, cela n’a pas plu à certains parents d’élèves, qui ne veulent pas que leurs enfants chantent en arabe. Protestations, menaces... Selon le recteur, cela n’a rien à voir avec le nationalisme corse, il s’agit « simplement » (sic) de « l’expression d’un racisme primitif de quelques individus qui ne sont sûrement pas assez allés à l’école ». Dont acte. Mais il y a peut-être matière à réflexion sur les relations éventuelles entre racisme et nationalisme. Le nationalisme algérien était à l’évidence « progressiste » pendant la guerre de libération, le nationalisme catalan était, tout aussi évidemment, antifranquiste. Aujourd’hui j’ai l’impression qu’à Barcelone les espagnols venus d’Andalousie sont le lumpenproletariat  d’une catalogne riche et que, sur le plan linguistique, on tend à inverser la diglossie de l’époque franquiste, le catalan devant la variété haute. Chaque fois que je vois un drapeau, qu’il soit français, corse ou moldave, je pense à Léo Ferré qui disait « le drapeau noir, c’est encore un drapeau ». Autrement dit, tous les drapeaux (et incidemment tous les nationalisme) à la poubelle.

Revenons en Corse. A Prunelli-di-Fiumorbu vit une communauté marocaine dont les enfants vont à l’école. Leurs parents n’ont semble-t-il pas protesté contre le fait qu’on leur fasse chanter Imagine en corse ou en espagnol. Mais certains parents corses ne veulent pas que leurs enfants chantent en arabe. Belle illustration de la lutte pour la diversité linguistique. Nous vivons une époque moderne !

Pour mémoire, une petite piqûre de rappel, ces quelques vers de Lennon :

« Imagine all the people living life in peace (...)

You may say Im a dreamer, but Im not the only one, I hope some day you'll join us, And the world will live as one ».



barre

  16 juin      2015 :  Plagiat? Acte 10
barre

Même pour une pièce comique, dix actes cela fait beaucoup, et je crains de commencer à ennuyer le lecteur. Alors un dernier petit exemple de ce que le service juridique de l’éditeur ne considère pas comme un plagiat. Il s’agit cette fois de la rencontre entre Barthes et Georges Péninou, qui sera l’introducteur de la sémiologie dans les milieux publicitaires.

Calvet page 177-78

Georges Péninou, le responsable du département des recherches de la plus grosse entreprise publicitaire française, Publicis. Péninou est un personnage assez particulier. Proche de la quarantaine, cet ancien étudiant en philosophie qui travaille dans la pub depuis dix ans est grand lecteur de Bachelard, de Levi-Strauss et de la revue Arguments  (...) Péninou a en outre été tuberculeux et a séjourné, comme Barthes, au séminaire de Sait-Hilaire-du-Touvet (...) il s’inscrit donc pour une thèse  de troisième cycle sur la « sémiologie de la publicité » et va très vite devenir le porte-voix de cette science nouvelle chez Publicis d’abord puis dans l’ensemble des milieux publicitaire (...) Il amène un jour Barthes chez Publicis, dans les bureaux de la place de l’Etoile, pour une conférence (...) Plus tard il lui confiera un contrat d’études pour la régie Renault sur la sémiologie de l’automobile ; partant d’images, d’un ensemble de photos et d’affiches qu’on lui a fournies, Barthes propose une analyse de la prise en charge publicitaire de la voiture.

 

 

Gil page 257

Georges Péninou, directeur du département de la recherche de Publicis remarque la démarche de Barthes et s’inscrit au séminaire de l’EPHE. Mais si Péninou n’est pas étranger au milieu intellectuel –ancien étudiant en philosophie et lecteur de Bachelard, de Levi-Strauss, d’Arguments- (...) tuberculeux et lui aussi ancien de Saint-Hilaire  (...) il s’inscrit pour une thèse de troisième cycle sur « la sémiologie de la publicité »  et fait connaître le sémiologue dans les milieux publicitaires et chez Publicis : Barthes donne une conférence dans les bureaux de la maison place de l’Etoile (...) il est engagé par Renault pour une étude sur la sémiologie de l’automobile, proposant une analyse de la prise en charge  publicitaire de la voiture à partir de photographies et d’affiches

 

 

On voit que M. Gil est aussi bien renseignée que moi : on croirait presque qu’elle a interrogée comme moi Georges Péninou. Mais cela est peu probable car il est mort en 2001...

barre

  14 juin      2015 :  Plagiat? Acte 9
barre


Continuons notre exploration des deux textes. Tout comme pour le séjour de Barthes à Alexandrie j’ai, pour son séjour à Rabat, non seulement interrogé des témoins mais aussi visité les lieux : c’est ce qu’on appelle un travail d’enquête, nécessaire à toute biographie. Voici donc encore une fois à gauche mon texte et à droite celui de M. Gil

Calvet page 210

Rabat, la capitale administrative du pays, est comme toutes les villes conçues par Lyautey , divisée en deux. La ville « indigène » d’une part, dominée par la forteresse des Oudayas, au bord de l’oued Bou Regreg qui la sépare de Salé, et la ville européenne, où sont situés le palais royal, les centres administratifs et l’université. Barthes trouve près de la gare, au dessus d’un restaurant chinois, la Pagode, un appartement qui donne sur un magnifique palais orné de fenêtres de style mauresque, mais aveugles. Et ces fausses fenêtres qu’il voit chaque matin en ouvrant ses volets le font rêver (...) Il y recevra parfois, le soir, de rares relations de l’université, mais aussi des Français de Rabat, l’un directeur d’une grosse usine, l’autre libraire, tous très cultivés, très littéraires. Il lui faut aussi régler ses problèmes financiers : recruté sur un poste de maître-assistant, il n’a pas en fait les titres nécessaires et l’on veut le payer comme capétien, comme professeur de l’enseignement secondaire ; vieille blessure, celle de la maladie qui a interrompu ses études, de l’agrégation qu’il n’a pas passée, de la thèse qu’il n’a toujours pas présentée. Tout cela lui prend quelques mois, le premier trimestre de de l’année universitaire. A Noël 1969, il retourne en France par l’Espagne, en voiture, et ramène dans sa petite Volkswagen rouge Henriette qui passera deux mois à Rabat, et Michel, venu pour quelques semaines.

 

 

Gil page 327

Rabat  est la capitale administrative du pays, elle est scindée en une ville indigène et une ville européenne, où il s’installe, qui comprend les bâtiments d’Etat, l’université, le quartier résidentiel et le palais présidentiel). Barthes prend location au dessus d’un restaurant chinois près de la gare, dans un appartement qui donne sur un bâtiment mauresque aux fenêtres aveugles. Il aurait aimé ces fausses fenêtres.

Il reçoit chez lui le soir le petit monde occidental de Rabat, universitaires et industriels lettrés, libraires.

(...)

il y a  tout d’abord son statut précaire au sein de l’université : celui-ci fait renaître l’expérience, qui s’était évanouie depuis l’EPHE, et devient plus humiliante avec l’oubli et l’âge. Barthes ne peut pas être payé, étant recruté comme maître de conférences sans posséder les titres requis. Sa mère, ensuite, restera peu, seulement deux mois. Barthes rentre en France pour les vacances de Noël –en voiture par l’Espagne- et ramène Henriette avec lui au retour. Son frère, lui, ne restera que deux semaines.

 

 

 

Notons tout d’abord de M. Gil fait un renvoi à mon livre après la phrase « il aurait aimé ces fausses fenêtres. Pour le reste, elle semble aussi bien renseignée que moi, à un détail près. Lorsque je parle d’un quartier dans lequel se trouvent les bâtiments administratifs, l’université et le palais royal, elle transforme ce dernier en « palais présidentiel », transformant le royaume marocain en république. C’est sans doute ce qu’on appelle être dans le sens de l’histoire...


barre

  13 juin      2015 :  Plagiat? Acte 8
barre


Aujourd’hui quelques nouveaux exemples de cette remarquable convergence entre deux livres, celui de M. Gil et le mien, ce dernier paru plus de vingt ans auparavant.

Calvet Page 192- 193

 De 1962 à 1964 il a tenu un séminaire consacré aux « systèmes contemporains de significations », qui donnera naissance à deux articles publiés dans Communications, « Rhétorique de l’image » et « Eléments de sémiologie »  (...) Les amis qui assistent au séminaire, Christian Metz, Bernard Dort, Olivier Burgelin, Roland David, se retrouvent ensuite autour de lui dans un café de la place de la Sorbonne : le travail terminé on passe à l’amitié, et se constitue ainsi lentement avec les nouveaux venus  l’un des réseaux barthésiens. (...) Elle se rend donc à la Sorbonne, à l’escalier E, dans les locaux de l’école pratique des hautes études.

 

 

 

Gil page 249

Son séminaire de 1962 à 1964, consacré aux « systèmes contemporains de significations », a lieu à la Sorbonne, dans les salles de l’EPHE, escalier E au deuxième étage. Il donne naissance à deux articles donnés à Communications, « Rhétorique de l’image » et « Eléments de sémiologie » en 1964. Christian Metz, Bernard Dort, Olivier Burgelin, Roland David participent au séminaire et se retrouvent après au café place de la Sorbonne. Ils constituent un des réseaux d’amitié de Barthes

 

 

Passons quelques pages plus loin :

Calvet page 198

Aux éditions du Seuil il a établi deux réseaux affectifs, l’un qui tourne autour de François Wahl et Severo Sarduy, et l’autre autour de Julia Kristeva et Sollers. Bernard Dort, qui ne se sent guère proche de ce dernier, demande un jour à Barthes : « Mais enfin, dis-moi ce que tu penses vraiment de lui ». Et Barthes de répondre : « Sollers, c’est ma famille », ce qui rend bien sûr toute discussion impossible. Il est vrai que Sollers et le groupe de Tel Quel  exaspèrent bien des gens, qui leur reprochent leurs constantes volte-face : l’équipe sera successivement perçue, au fil des ans, « compagnon de route » du parti communiste, puis maoïste, puis paléochrétienne, alors que Sollers ne se considère sans doute pas comme le « compagnon de route » de quoi que ce soit mais comme une route à lui tout seul... Pourtant l’itinéraire de Tel Quel, cette revue à laquelle il est désormais attaché, peut surprendre les observateurs et, surtout, choquer le souci de discrétion de Barthes, lui qui a si peur de « l’hystérie ». « Je pense qu’il a vécu Tel Quel comme une hystérie froidement calculée », dit aujourd’hui Sollers, pour qui Barthes s’est appuyé sur la revue avec un grand sens politique : « Les deux parties avaient intérêt à cela. Il est certain que l’espèce de mobilité agressive de Tel Que a beaucoup joué en sa faveur, dans les dix ans qui ont suivi la chose  Picard... »

 

 

 

Gil page 302

En cette période pré-poststructuralisme, Barthes s’éloigne de Greimas et concentre ses liens d’amitiés autour du séminaire et des éditions du Seuil, en particulier autour de deux pôles, Sollers et Kristeva d’une part, François Wahl et Severo Sarduy de l’autre.

« Sollers c’est ma famille » dira-t-il un jour à Dort dont il s’est éloigné depuis longtemps et qui ne l’aime pas. Tel Quel n’est pas une revue discrète et consensuelle et suscite de nombreuses critiques, notamment à cause de la labilité de ses opinions –communiste, maoïste, paléochrétienne- et de l’indépendance affichée de Sollers. « Je crois qu’il a vécu Tel Quel, dit Sollers comme une hystérie froidement calculée », car Barthes aurait collaboré à la revue avec un sens tactique et politique évident, face à la tyrannie  de l’affaire Picard : « Les deux parties avaient intérêt à cela. Il est certain que l’espèce de mobilité agressive de Tel Que a beaucoup joué en sa faveur, dans les dix ans qui ont suivi la chose  Picard... »

 

La comparaison est ici intéressante, car, après le dernier mot de ce passage (« la chose Picard »), M. Gil renvoie en note à mon livre (« cité par Calvet »). Mais qu’est-ce qui est cité par Calvet ? La dernière phrase, de Sollers ? En fait on a nettement l’impression que  M. Gil a résumé en 15 lignes de son livre, 26 lignes du mien. En particulier, comment le lecteur peut-il savoir que la première citation, de Barthes à Dort, « Sollers c’est ma famille », vient de mon livre (elle n’a pas pu interviewer Dort, mort en 1994), ou que les qualificatifs « communiste, maoïste, paléochrétienne » sont de moi?

 



barre

  11 juin      2015 :  Plagiat? Acte 7
barre


Poursuivons notre saga:

Calvet page 176

Le type de regard sur la société qu’il a inauguré dans ses « mythologies » passe cependant lentement dans le domaine public. France-observateur devient Le Nouvel Observateur avec le soutien de Sartre, et dans cet hebdomadaire de la gauche non communiste, Jean-Francis Held se fait le traducteur journalistique de l’auteur des Mythologies  en appliquant ses décodages de connotations aux voitures...

 

 

Gil page 258

Le regard de Barthes sociologue et démystificateur se retrouve sous la plume de Jean-Francis Held qui écrit dans le récemment nommé Nouvel Observateur et qui y applique le décodage de connotations aux voitures

 

 

M. Gil, après ce court passage, écrit : « D’après Louis-Jean Calvet, Une femme mariée est un montage de petites mythologies relatives à l’aliénation féminine et si Godard ne les a pas lues, c’est que l’esprit est passé dans l’air du temps ». Mais elle oublie de signaler qu’elle m’emprunte l’idée que J-F Held  a appliqué aux voitures le décodage des connotations. Sans doute considère-t-elle que mon idée est également passée dans l’air du temps...

 

barre

  8 juin      2015 :  Plagiat? Acte 6
barre


Poursuivons les extraits choisis. Ici la rencontre entre Barthes et Sollers :

Calvet page 171-172

Quelques jours plus tard ils se retrouvent , en fin de journée, autour d’un cocktail informel offert par les éditions du Seuil. Sollers n’a que peu lu Barthes, Mythologies, Le degré zéro, Barthes n’a pas lu Sollers ; Barthes a quarante-huit ans, Sollers en a vingt-sept ; le premier est discrètement homosexuel, le second affiche de manière ostentatoire son hétérosexualité, ; Barthes de méfie de toutes les formes d’exhibitionnisme alors que Sollers adore se mettre en scène ; surtout l’un est d’origine protestante, plutôt « gibelin » dira Sollers, l’autre catholique et se voit « guelfe blanc ». (...) Quelques jours plus tard Sollers envoie à Barthes, au nom de Tel Quel, un questionnaire auquel il répond : ce sera « littérature et signification », sa première intervention dans la revue, article repris la même année dans Essais critiques.

 

Gil page 273

Quelques jours après la conférence de Ponge, en décembre 1963, Barthes et Sollers se retrouvent à un cocktail des Editions du Seuil. Ils ne se sont que peu ou pas lu, ont vingt ans d’écart et, contrairement à Barthes et Foucault, n’ont pas d’apparence de moeurs communes (...) La distinction entre Guelfes et Gibelins de Michelet est avancée par Sollers à leur propos : Barthes gibelin et Sollers « guelfe blanc ». Sollers envoie à Barthes un questionnaire qui sera publié dans Tel Quel  sous le titre « Littérature et signification fin 1964, article repris la même année dans les Essais critiques ».

 

 

Encore une fois, les commentaires sont inutiles.

 


barre

  4 juin      2015 :  Plagiat? Acte 5
barre

Aujourd’hui nous allons nous tourner du côté de la rencontre entre Roland Barthes et Annette Lavers, qui deviendra sa traductrice en anglais. A gauche, donc, ce que j’ai écrit, à droite ce qu’écrit M. Gil.

Calvet page 179

A la même époque, une jeune française installée en Angleterre, Annette Lavers, lui envoie un livre qu’elle vient de publier, consacré à l’image du psychanalyste dans la littérature, L’Usurpateur et le Prétendant. Barthes répond par une lettre extrêmement gentille, disant qu’il a lu l’ouvrage avec « grand plaisir et grand profit ». La jeune femme vient en France quelques mois plus tard , le rencontre et lui propose de traduire en anglais Le Degré zéro de l’écriture et Eléments de sémiologie. Il est, bien sûr, ravi de l’idée, et les deux ouvrages paraissent l’année suivante à Londres , aux éditions Cape, sous le titre Writing degree zero ; il sera également publié aux Etats-Unis chez Hill&Wang, avec une préface de Susan Sontag, et titré Elements of Semiology. Un an plus tard, ce sera au tour de Mythologies, dans lequel l’éditeur britannique demande que l’on coupe, pour faire un ouvrage moins volumineux. Consulté, l’auteur n’a qu’une exigence : surtout ne pas enlever « le monde où l’on catche ».

 

Gil page 302

Annette Lavers, Française installée en Angleterre, envoie à Barthes un ouvrage qu’elle vient de publier sur l’image du psychanalyste dans la littérature, L’Usurpateur et le Prétendant. Barthes répond qu’il a lu l’ouvrage avec « grand plaisir et grand profit ». Elle vient en France quelques mois plus tard et lui propose de traduire Le degré zéro en anglais. Les deux ouvrages  paraissent l’année suivante à Londres sous le titre Writing Degree Zero chez Cape puis chez Hill&Young aux Etats-Unis, en 1967 également, avec une préface de Susan Sontag sous le titre Elements of Semiology. En 1972, elle traduit les Mythologies, dans lesquelles l’éditeur anglais demande des coupes : la seule exigence de Barthes est de maintenir « Le monde où l’on catche ».

 

Les similitudes entre les deux textes sont flagrantes, et quand l’écris « similitudes » je suis en dessous de la vérité. Mais s’y glisse en outre un détail savoureux. Je parle de deux ouvrages, Le degré zéro de l’écriture  et Eléments de sémiologie, et j’écris « les deux ouvrages paraissent l’année suivante ». M. Gil oublie les Eléments de sémiologie tout en conservant une phrase avec un verbe au pluriel, sans qu’on sache quel est le second ouvrage: « les deux ouvrages paraissent l’année suivante ». N’est-ce pas ce qu’on appelle se faire prendre les doigts dans la confiture ?

A suivre. Mais demain, repos: c'est mon anniversaire.

 

 

 



barre

  3 juin      2015 :  Plagiat? Acte 4
barre

Poursuivons donc notre promenade, en commençant par le regard que portait Barthes sur Michelet. Encore une fois, voici deux textes en regard :

Calvet page 147

...c’est la méchanceté suppose de Michelet qui l’attirait. Et puis, en décembre 1945, était arrivée la photo, dont Robert David lui avait envoyé au sanatorium de Leysin la reproduction en carte postale. Michelet est plus âge, il a le visage plus rond que sur les portraits, une certaine douceur dans les yeux

 

Gil page 209

Mais il y a la photographie envoyée par Robert David au sanatorium qui perturbe cette première image : rondeurs, douceur des yeux du vieil historien. Terrifiant sur la photo de Nadar, débonnaire sur d’autres, qui est-il ?

 

Un peu plus loin, je parle des Mythologies  et de l’origine des textes, puis des interrogations de Barthes concernant la conclusion qu’il doit écrire :

Calvet page 155

Sur les cinquante-quatre textes, deux seulement ne viennent pas des Lettres Nouvelles, le premier consacré au catch et publié, nous l’avons dit, dans Critique, et « l’écrivain en vacances » qui est sorti dans France-Observateur  en septembre 1954.

(...)

Il a d’abord la tentation de parler de lui : après tout la bourgeoisie il l’a connue par sa propre famille, par son propre comportement même, et il songe avec un sourire ironique à clore le livre par une « mythologie de Roland Barthes ».

 

Gil page 224

Cinquante-quatre textes dont deux n’ont pas été publiés dans les Lettres Nouvelles : « Le monde où l’on catche », la première de la compilation, publiée dans Critique en 1952 et « L’écrivain en vacances » paru dans France-Observateur en 1954

(...)

Il pense écrire non pas un texte théorique  mais une « Mythologie de Roland Barthes », se prenant comme objet-produit de la petite Bourgeoisie.

 

Un avocat spécialisé dans ces problèmes me dit qu’il s’agit de ce qu’on appelle du « plagiat intelligent », consistant à ne pas citer l’origine lorsque les faits pourraient avoir été trouvés également par le plagiaire. Nous pourrions aussi penser à du plagiat pervers. Mais, rappelons-le, selon le service juridique de l’éditeur, il n’y a pas plagiat mais références systématiques non formalisées. La belle formule !








barre

  2 juin     2015 :  Palmarès
barre

Faisons une pause dans la saga du plagiat. Un sondage de l’institut BVA, dans le cadre de l’observatoire de la vie quotidienne, réalisé auprès de 1028 personnes de 18 ans et plus, est sorti en fin de semaine dernière. Il portait sur trois questions :

-Quelle est votre chanson préférée ?

-Quel est votre chanteuse francophone préférée ?

-Quel est votre chanteur francophone préféré ?

Voici tout d’abord les résultats, bruts de décoffrage, pour ce qui concerne les chansons.

 

Chanson préférée

1.    Mistral Gagnant (Renaud)

2.    Ne me quitte pas (Brel)

3.    L’aigle noir (Barbara)

4.    Les lacs du Connemara         (Sardou)

5.    Là-bas (Goldman)

6.    La montagne (Ferrat)

7.    Je te donne (Goldman)

8.    Petite Marie (Cabrel)

9.    L’hymne à l’amour (Piaf)

10. Comme toi (Goldman)

11. Amsterdam (Brel)

12. L’Auvergnat (Brassens)

On voit que dominent ici des chansons d’ACI (auteurs compositeurs interprètes), à de rare exceptions près (Sardou, Piaf), des chansons plutôt anciennes, avec une forte représentation de Jean-Jacques Goldman.

 

Chanteuse francophone préférée

1 .Piaf

2. Barbara

3. Céline Dion

4. Mylène Farmer

5. Nolwenn Leroy

6. Zazie

7. France Gall

8. Vanessa Paradis

9. Patricia Kaas

10. Véronique Sanson

11. Françoise Hardy

12. Christine and the queens

Les choix couvrent ici un large spectre, des plus anciennes (Piaf, Barbara) aux plus récentes (Nolween Leroy, Christine and the queens), et les ACI deviennent minoritaires.

 

Chanteur francophone préféré

1.    Goldman

2.    Brel

3.    Brassens

4.    Ferrat

5.    Renaud

6.    Sardou

7.    Stromae

8.    Calogero

9.    Gainsbourg

10. Hallyday

11. Cabrel

12. Balavoine

Ici les ACI remontent, mais ces deux dernières listes sont intéressantes. Je me suis livré pendant près d’un quart de siècles à une sorte de sondage, demandant à mes auditeurs lorsque je faisais à l’étranger des conférences devant un public francophone, et à mes étudiants devant qui je faisais un cours sur la chanson française, de me donner une liste de leurs trois chanteuses ou chanteurs francophones préférés. Les résultats étaient, à l’étranger, toujours les mêmes, avec un quarté gagnant parfois dans le désordre, Brassens, Piaf, Brel et Moustaki, suivis de Barbara ou Ferré. Il en allait un peu différemment chez les étudiants, qui classaient toujours Brassens en tête, suivi de Brel, Gainsbourg ou Piaf, mais saupoudraient chaque année leur liste de succès de l’année, Renaud, la Mano Negra Negra, Goldman ou

Or en mixant le deux dernières listes, chanteuses et chanteurs, on a à peu près le même résultat, Piaf, Brassens, Brel, Barbara, avec Goldman qui s’affirme, suivi de Renaud et de quelques autres, pas vraiment des poulets de l’année, et des nouveautés comme Stromae, Christine and the queens ou Nolwenn Leroy. En revanche on ne trouve pas dans la liste de chansons des titres de ces nouveaux venus, comme si les mouvements de mode s’appliquaient aux personnes mais pas aux œuvres. En d’autres termes, les chansons vivent une sorte de phénomène de patrimonialisation, et il faut du temps pour entrer dans le patrimoine, alors que la reconnaissance des artistes est plus ambigüe, partagée entre le patrimoine (Brassens, Piaf, etc.) et les effets de mode. Dernière remarque : Léo Ferré et Georges Moustaki sont absents de la liste des chanteurs, du moins dans les douze premières places. Peut-être  l’institut BVA n’a-t-il pas interrogé les bonnes personnes (non, je suis de mauvaise foi).

 

Allez, la prochaine fois nous reviendrons au plagiat.

 

 

 

 


barre

  31 mai     2015 :  Plagiat? Acte 3
barre

 

Suite des exemples de « références systématiques non formalisées », selon les termes du service juridique de l’éditeur, dans l’ouvrage de M. Gil. Pour faciliter la comparaison, je vais désormais présenter le texte des deux ouvrages en colonnes. Restons tout d’abord à Alexandrie.

Calvet page 122

Charles Singevin était, raconte Greimas, leur maître à penser (...) Il organise d’ailleurs un « cercle de philosophie » qui se réunit tous les mercredis chez un jeune médecin, André Salama, qui a été trois mois l’élève de Heidegger, à Fribourg

 

 Gil page 175

Charles Singevin, l’aîné et le maître à penser du groupe, réunit un cercle de philosophie tous les mercredis chez le médecin André Salama, ancien élève de Heidegger à Fribourg

 

 

Puis Barthes rentre à Paris et cherche du travail :

 

Calvet pages 129-130

Sous la direction de Georges Gougenheim, rencontré grâce à Matoré, il participe d’une part aux travaux préparatoires à ce qui deviendra le Dictionnaire du français fondamental, « basic French » dirait-on aujourd’hui. Il s’agit d’une enquête par enregistrement destinée à établir la liste des milles puis des deux mille mots les plus fréquents en français parlé, ce qui permettra de réaliser un dictionnaire du « français de base » pour élèves étrangers (...)

Il parle  avec excitation des développements possibles du travail, des débouchés sur une connaissance des langues françaises, des français sociaux (...)

Il a d’autre part le projet vague d’un ouvrage sur la connaissance de la France contemporaine, pour les éditions Hachette, projet qui n’aboutira jamais

 

Gil pages 181-182

Par ailleurs Georges Matoré, auprès de qui il est recommandé par Greimas, lui propose de collaborer au dictionnaire de Georges Gougenheim en projet : le « dictionnaire des deux milles mots essentiels » commandé par Didier, qui ne paraîtra qu’en 1958, est conçu à partir d’enregistrements et destiné à l’enseignement du français aux étrangers. Barthes est enthousiaste et envisage des développements possibles pour la connaissance des sociolectes du français, des différents français parlés en France

 

 

Il développe au même moment un autre projet, sur la connaissance de la France contemporaine pour Hachette : l’ œuvre ne verra pas le jour

 

 Cela suffira pour ce dimanche. La suite viendra...

barre

  30 mai     2015 :  Plagiat? Acte 2
barre

Poursuivons-donc notre promenade dans deux livres dont le second, rappelons-le, n’a pas selon le service juridique de l’éditeur, plagié le premier.

 

Aux pages 121-122 de mon livre je raconte l’arrivée et l’installation de Roland Barthes à Alexandrie, en Egypte, en 1949 : 

« Chez les Greimas il ne parle que peu de lui : quelques allusions mélancoliques à une « fiancée » restée en Roumanie (du moins est-ce le terme dont se souvient Greimas mais il est probable qu’il n’a pas précisé le sexe), des souvenirs de sanatorium aussi  lorsqu’il découvre que Greimas, qui a étudié à Grenoble avant la guerre,  connaît Saint-Hilaire-di Touvet. (...) Barthes habite quelques temps dans une banlieue résidentielle, à Sidi-Bishr, au bord de la mer, puis s’installe tout près de l’appartement des Singevin et mange dorénavant chez eux midi et soir, tous les jours. A table, les discussions sont plutôt insignifiantes. Mme Singevin se souvient surtout d’un Barthes se plaignant sans cesse des conditions de vie, du manque d’argent, de son frère qu’il doit entretenir (....) La chambre qu’il occupe étant trop petite, il installe chez eux le piano qu’il a loué, et donne le soir quelques leçon de musique aux filles de la maison ».

Et j’ajoute, page 126, ceci :

« Barthes, par exemple, arrondit ses fins de lois en enseignant dans un collège de jeunes-filles, le pensionnat de le mère de Dieu –une sinécure qu’après son départ il léguera à Greimas ».

Passons aux pages 173-174 du livre de M. Gil :

« Chez les Greimas il parle peu de lui, mais il évoque les deux éléments les plus significatifs de sa vie passée : le sanatorium et l’amour à Bucarest. Greimas, qui a étudié à Grenoble, connaît Saint-Hilaire. (...) Il habite d’abord dans une banlieue résidentielle, Sidi Bishr,  au bord de la mer, puis s’installe près de chez les Singevin à proximité de l’université. Il prend ses repas chez eux et, sa chambre étant petite, il y installe le piano qu’il a loué et donne des leçons de musique à leurs filles.

Mais il se plaint des difficultés de sa condition de vie. Il se plaint de ne pas gagner suffisamment d’argent pour pouvoir entretenir son frère. Il gagne un complément de salaire en enseignant dans une pension de jeunes-filles, le Pensionnat de la Mère de Dieu. Il léguera son poste à Greimas à son départ ».

 

Précisons ici une chose : après la phrase « Mais il se plaint des difficultés de sa condition de vie » il y a un renvoi à mon livre : « D’après la femme de Charles Singevin, voir Calvet... ». Mais c’est tout le passage qui vient de mon livre, tous ces détails qui m’ont été racontés par le couple Singevin. Et nous voyons ici apparaître une technique habile que nous retrouverons plus loin : citer quelqu’un pour un détail alors qu’on lui emprunte  beaucoup plus. A suivre....

 

 

barre

 29 mai     2015 : De Valence à Paris
barre


Le jazz, a dit un jour Jean Cocteau, c’est comme les bananes : ça doit se consommer sur place. Il en va un peu de même pour les élections, et ici pour les élections espagnoles, que j’ai donc observées sur place, non pas en mangeant des bananes mais en buvant de la sangria.

Dimanche 24, on votait presque partout en Espagne : partout pour les élections municipales et presque partout pour les régionales (elles auront lieu fin septembre pour la Catalogne et en 2016 pour le Pays Basque et la Galice, elles ont déjà eu lieu en Andalousie). C’est à Valence que j’ai assisté à l’événement et, lundi matin, la presse analysait les résultats de ce double scrutin comme une victoire de la gauche. Mais la formule était un peu ambiguë. Tout d’abord la droite est toujours en tête en pourcentage de voix, et même si la gauche perd un peu moins qu’elle, c’est ailleurs que se situe l’événement, dans l’émergence de deux nouveaux courants. Depuis le retour à la démocratie, la vie politique espagnole était bipolaire, tiraillée entre la droite (le PP, « parti populaire ») et les socialistes (le PSOE, « parti socialiste ouvrier espagnol »). Or deux autres forces, ou deux autres tendances, se sont manifestées depuis quelques mois, Podemos  (« nous pouvons ») d’une part et d’autre part les Ciudadanos  (les « citoyens »), les premiers issus du mouvement des indignés, les seconds plutôt centre droit, mais tous deux contrastant fortement avec le personnel politique traditionnel fortement affectés par différents scandales de corruption. Personnalisons, et en même temps sémiotisons : Podemos c’est Paco Iglesias, Ciudadanos c’est Albert Rivera, tous deux moins de quarante ans, le premier économiste, look de gauchiste, catogan, le second juriste, look de gendre idéal pour manifestante anti mariage gay. Et tous deux ont perturbé le jeu politique traditionnel de l’Espagne. Il y a désormais non plus deux mais quatre forces, et aucune ne peut obtenir seule la majorité. Déjà, en Andalousie, le PSOE l’avait emporté de peu en mars dernier. Aujourd’hui, partout, le PP et le PSOE devront composer pour construire des majorités : C’est la principale reconfiguration de l’équation politique espagnole.

Revenons à la personnalisation : Dans les deux principales villes du pays, ce sont des femmes qui se sont imposées, Manuela Carmena à Madrid et Ana Colau à Barcelone. Juge à la retraite, anti corruption Manuela Carmena est un peu l’Eva Joly espagnole (mais une Eva Joly qui gagne).  Et puisque je fais référence à la France, restons-y.

Après avoir applaudi à la victoire de Syriza en Grèce et de Podemos en Espagne, Mélenchon rêve bien sûr , à haute voix, de réaliser la même opération en France. Mais la leçon que nous donne l’Espagne devrait lui montrer qu’il a nécessairement tort. Mélenchon  semble ne pas se rendre compte que c’est contre des gens comme lui, issus du système politique traditionnel, ancien ministre et parlementaire, contre des partis comme le PCF, que se sont levés Podemos  et Ciudadanos. L’espace qu’ils ont occupé, qu’ils ont pris aux partis traditionnels, n’est pas disponible en France : il est occupé par le Front National. Et c’est, je crois, là-dessus que nous devrions réfléchir. Non pas sur l’exportation en France de modèles grecs ou espagnols, mais sur notre incapacité à construire un discours politique qui rende inutile, inopérant, celui du FN.

Demain je reviendrai à ma petite chronique du plagiat illustré.

 


barre

 22 mai     2015 : Plagiat? Acte 1
barre

Plagier c’est, selon le dictionnaire, « copier un auteur en s’attribuant  indûment des passages de son œuvre». Définition apparemment simple, claire et opératoire. Or, en lisant tardivement le livre qu’une certaine Marie Gil a consacré à Roland Barthes (Roland Barthes, au lieu de la vie, Flammarion 2012) j’ai eu une étrange impression, celle d’entendre une musique connue. Effectivement, en vérifiant, j’ai trouvé des dizaines de passages directement décalqués d’un livre que j’avais consacré à Barthes en 1990, republié en format de poche en septembre 2014. Ironie du sort, les deux ouvrages sont sortis chez le même éditeur. Au début de son livre, Madame Gil écrit à mon propos que j’ai « posé les jalons de toute biographie à venir de Roland Barthes » et ajoute en note : « c’est à la biographie de Louis-Jean Calvet que je renverrai pour ma part lorsqu’un fait ou une citation de lettres ne pourra s’appuyer sur aucune référence faute d’autorisation de citer ». Des faits, donc, et des citations de lettres. L’ennui est que son utilisation de mon travail va beaucoup plus loin que des faits et des lettres, et que le verbe renvoyer  a pour elle un sens très particulier. Elle me cite rarement mais m’utilise sans cesse et souvent semble me copier littéralement. En outre, elle me cite parfois en note sans que l’on puisse savoir si c’est une phrase, un paragraphe ou une page entière qui m’appartient : il n’y a pas de guillemets dans son texte. Plagiat vient du grec plagios, « oblique, fourbe », et nous avons là une belle illustration de cette étymologie. Je ne sais absolument pas qui est Marie Gil, j’ai donc jeté un coup d’œil sur Internet et, dans le court article que Wikipedia lui consacre, j’ai lu qu’elle « s'est fait connaître pour l'originalité de sa position sur la question biographique, qu'elle a appliquée à une biographie de Roland Barthes ». C’est beau comme de l’antique.

J’ai bien sûr écrit à l’éditeur, et son service juridique m’a répondu que M. Gil « renvoie à presque 70 reprises vers votre ouvrage » et poursuit : « Il est vrai que nous avons  parfois choisi de ne formaliser un renvoi qu’en début ou fin de chapitre », afin de « ne pas trop alourdir le corpus par une référence systématique ». Il n’y a donc pas, selon eux, plagiat, mais « référence systématique » non formalisée.  Dont acte, il n’y a pas plagiat. Je vais cependant prendre à témoin ceux qui me font l’amitié de lire ce blog, en donnant quelques extraits des deux ouvrages. Vous pourrez ainsi vous faire votre propre idée. Premier extrait donc, d’autres suivront (mais je vais être absent une semaine et reprendrai la publication de ces morceaux choisis à la fin du mois).

A la page 91 de mon ouvrage je tente d’évoquer la situation politique et culturelle de la France en 1945, alors que Barthes est encore en sanatorium, et j’écris entre autres choses ceci :

« Jean-Louis Bory a eu le prix Goncourt avec Mon village à l’heure allemande ; Romain Gary le prix des critiques avec Education européenne ».

A la page 153 du livre de M. Gil on lit ce qui suit. Il n’y a pas de plagiat, me dit le service juridique de l’éditeur, c’est donc une convergence d’idées:

« En 1945, Jean-Louis Bory obtient le prix Goncourt pour Mon village à l’heure allemande et Gary le prix des critiques pour Education européenne ».

C’est peu, c’est court ? Oui. Alors voici un autre exemple. En novembre 1946, Barthes se prépare à partir en Roumanie, où il a obtenu un poste. J’écris ceci, à la page 110 :

« Pendant tout le mois de novembre il s’occupe d’obtenir les visas nécessaires : visa bulgare, visa yougoslave, visa interallié pour Trieste, visa suisse. En effet les médecins lui interdisent l’avion –de peur qu’il ne fasse un pneumothorax « spontané », la pressurisation  des avions étant, à l’époque, moins sûre que maintenant- et il va lui falloir traverser en train une partie de l’Europe pour rejoindre le lieu de son premier travail : la Roumanie. La mère et le fils partent donc en laissant en sous-location l’appartement de la rue Servandoni à Robert David, qui l’occupera pendant toute leur absence ».

 

Et, à la page 167 du livre de M. Gil, nous lisons :

« Au cours de ce mois, il demande les différents visas : bulgare, yougoslave, interallié pour Trieste, suisse. Il doit en effet emprunter le train, l’avion représentant, à cause de la pressurisation, un risque de pneumothorax spontané. La mère et le fils laissent la rue Servandoni en sous-location à Robert David, qui l’occupera pendant tout leur séjour ».

 La prochaine fois, d'ici une semaine,  je vous ferai partager d’autres passages comparés... Pour l’instant je pars en Espagne. Il s’y passe dimanche des élections et il sera intéressant de voir ce que va faire Podemos.

barre

  20 mai     2015 : Racaille et volaille
barre

Lorsque j’étais étudiant à Nice, il y a bien longtemps, je gagnais un peu d’argent en écrivant dans la presse et, pendant l’été 1963, j’ai dirigé l’agence locale de Grasse du quotidien communiste Le Patriote. Entre autres choses (je devais écrire quinze feuillets par jour) je rendais compte de ce qui se passait au tribunal et j’ai compris ce qu’était une justice à dimensions variables. Les vols d’autoradios étaient fréquents et, de façon très régulière, les délinquants français écopaient d’une petite amende alors que les yougoslaves, nombreux à cette époque, faisaient de la prison ferme. Justice de classe, ou justice raciste, quoi qu’il en soit justice injuste.

Le verdict du tribunal correctionnel de Rennes qui a relaxé deux policiers, poursuivis pour non-assistance à  personne en danger, de la mort de deux jeunes, Zyed et Bouna, l’un maghrébin et l’autre noir, s’apparente-t-il à la même injustice ? Je n’en sais rien, bien sûr, je ne connais pas le dossier, mais a priori j’ai tendance à m’insurger contre une sorte d’impunité. Surtout, je comprends l’émotion des parents des deux victimes, qui considèrent que les policiers sont toujours blanchis (même si cela est faux, des policiers sont parfois sanctionnés, voire révoqués).

Et puis est venu un tweet de Marion Maréchal-Le Pen, la troisième génération de la petite entreprise familiale facho que constitue le Front National, un tweet qui dit ceci : « Ce verdict prouve que la racaille avait bien mis la banlieue à feu et à sang par plaisir et non à cause d'une bavure policière ». Tout dans ce texte est répugnant. A l’époque, c’était en 2005, la mort des deux jeunes qui, poursuivis par la police, s’était réfugiés dans un transformateur de l’EDF, avait effectivement entrainé des manifestations violentes que l’on peut comprendre sans pour autant les excuser. « A feu et à sang » ? Dans mes souvenirs, les seuls morts furent Zyed et Bouna. « Par plaisir » ? Laissons à mademoiselle Maréchal-Le Pen la responsabilité de sa conception de l’hédonisme. Quant à « la racaille », terme utilisé naguère par Sarkozy pour désigner les jeunes des banlieues, il relève d’évidence du racisme social.

Le Front National a un service d’ordre spécialisé dans la violence et l’a encore montré le premier mai dernier. Mademoiselle Maréchal-Le Pen ne m’en voudra donc pas de traiter ses membres de racailles.  Ce mot a une étymologie obscure mais rime évidemment, et ce n’est pas un hasard, avec canaille, qui lui vient de l’italien canaglia, « bande de chiens ». Mademoiselle Maréchal-Le Pen acceptera donc également que je traite ces membres du service d’ordre du FN de canailles. Et canaille me plaît bien car, en matière de chiens, la famille Le Pen a une certaine compétence. Le chien du grand-père a d’ailleurs récemment bouffé le chat de sa fille (non, ne cherchez pas d’allusion salace).

Revenons à cette racaille qui aurait mis la banlieue « à feu et à sang ». Mademoiselle Maréchal-Le Pen ne peut pas l’ignorer, les gens qu’elle vise se revendiquent de ce terme, sous sa forme verlanisée caillera. Et ils se moquent donc comme de leur premier joint qu’on les traite de cette façon. En fait ce n’est sans doute pas à eux qu’elle s’adresse mais aux électeurs de la région PACA, où elle sera tête de liste aux élections régionales, électeurs particulièrement réacs, et qu’elle espère plumer en faisant dans la surenchère droitière et populiste. C’est donc à la volaille électorale qu’elle s’adresse.

 


barre

17 mai     2015 : Mal nommer les choses c'est ajouter du malheur au monde
barre


Cela fait quinze ans que l’on se moque de façon continue du discours des pédagogues dans leurs textes, leurs circulaires, leur discours, essentiellement des pédagogues de l’éducation physique, avec en particulier un exemple célèbre, le référentiel bondissant pour désigner le ballon. En fait cette formule n’a jamais été employée, sauf par Claude Allègre qui adorait, parfois à tort et souvent à raison, se payer la tête des enseignants. Mais il demeure que la langue utilisée par les théoriciens ou les fonctionnaires de l’éducation laisse parfois rêveur. Non pas par son aspect abscons, il l’est, mais par l’inconscience dont il témoigne. L’éducation est en effet, en France, un sujet sensible. De la même façon que tous les amateurs de foot se considèrent comme des sélectionneurs compétents, tout le monde, parents, enseignants, joueurs de pétanques, cinéphiles ou fumeurs de H, tout le monde est un ancien élève et s’autorise du coup à pouvoir juger de n’importe quelle nouvelle réforme proposée, tout le monde considère que la meilleure pédagogie est celle qu’il a suivi. « De mon temps... » En soi, cela ne mange pas de pain, mais l’ennui est que l’éducation nationale est en permanence dans le collimateur. Les enseignants, qui sont systématiquement contre tout ce qui s’apparente à un changement, les parents d’élèves (ah ! si l’on pouvait se débarrasser des parents d’élèves : le rêve des profs) qui ne raisonnent qu’en fonction de ce qu’ils pensent être dans les intérêts de leurs lardons, les politiques qui critiquent systématiquement les propositions adverses, tout cela constitue une sorte de ballet infernal dans lequel on utilise n’importe quel argument, le plus souvent de mauvaise foi, pour discréditer l’autre. Dans cette situation, les responsables de l’éducation nationale devrait avoir à cœur d’utiliser le langage le plus clair possible, pour ne pas donner d’armes à ceux qui de toute façon leur tomberont dessus. Et c’est là où je parle d’inconscience car on continue à entendre ou à lire dans leurs bouche ou sous leur plume (pardon, sous leur outil scripteur, puisque c’est la formule utilisée pour désigner ce qui sert à écrire) les formules les plus inattendues. La dernière en date est le milieu aquatique profond standardisé. Ils ne peuvent pas dire « piscine » comme tout le monde ? s’exclament ceux qui cherchent tous les arguments possibles pour discréditer les réformes. Et, au lieu de trouver une formule claire, nos pédagogues répliquent qu’il ne s’agit pas seulement de piscine mais aussi  d’une rivière ou du bord de mer. En cela ils ajoutent au ridicule. Nous sommes depuis longtemps habitués aux politiques qui n’ont rien à dire mais le disent bien, nous sommes ici confrontés à des gens qui disent si mal qu’on se demande s’ils ont vraiment des choses à dire.

Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’éducation, s’évertue à parler clairement, et elle a bien du mérite face aux tombereaux de critiques que l’on déverse sur elle. Elle devrait donner quelques leçons à ses troupes. Et leur rappeler cette phrase d’Albert Camus : « mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde »

 

 

 


barre

9 mai     2015 : Emmanuel Todd et les mariages marseillais
barre


Depuis quelques jours le livre d’Emmanuel Todd (Qui est Charlie ?) fait le buzz. L’auteur est sur toutes les chaînes de radios et de télés, dans tous les journaux, il se livre à des déclarations d’une étonnante prétention (« mon livre est un missile Exocet magnifiquement construit », « un chef d’œuvre de maîtrise intellectuelle ») ou d’une grande imbécilité (il a traité Manuel Valls, qui critiquait son livre, de « pétainiste »), bref il fait tout pour qu’on parle de lui. Alors parlons-en.

J’ai exprimé ici, en janvier, ma méfiance face aux unanimités, et la brochette de chefs d’états défilant en tête du cortège du 11 janvier me paraissait douteuse. Todd, lui, parle d’une imposture et part non pas d’un doute mais d’une certitude dont son sous-titre (sociologie d’une crise religieuse » rend parfaitement compte. Pour lui, les manifestants étaient constitués de néo-catholiques, blancs, laïques hystériques, islamophobes, héritiers des antidreyfusards ou des vichystes, des manifestants qui défendaient non pas le droit mais le devoir de blasphémer, et surtout de blasphémer la religion de l’autre, du musulman. Et il se targue de le démontrer, invoquant les concepts marxiste de fausse conscience et freudien d’inconscient et surtout la science statistique.

Car, il l’affirme, Todd est un savant d’une grande compétence (rappelez-vous, son livre est « un chef d’œuvre de maîtrise intellectuelle ») et il va nous le montrer en analysant la carte de France des manifestants, leur nombre (entre 7 et 10% de la populations des villes concernées) et en la comparant avec une avalanche d’autres cartes, celles du vote Le Pen, Sarkozy, Mélenchon ou Hollande en 2012, du taux de chômage, des problèmes scolaires, des classes moyennes ou ouvrières, des votes contre le traité de Maastricht en 1992, contre le traité constitutionnel en 2005 et surtout de ce qu’il appelle le « catholicisme zombie ». Et ses conclusions sont bien sûr sans appel, scientifiquement démontrées.

Le fait que certains, dont moi, qui étaient dans la manifestation du 11 janvier 2015 ne se reconnaissent pas dans ce portrait robot n’a aucune importance, puisqu’il s’agit de fausse conscience (Marx) ou d’inconscient (Freud). Mais ce qui m’intéresse, peut-être parce que j’ai ajouté depuis longtemps les statistiques à ma panoplie de linguiste, c’est la méthodologie de Todd. Or j’ai la forte impression qu’il compare un peu n’importe quoi (en termes techniques, qu’il fait n’importe quels tris croisés) et qu’il en tire des conclusions un peu rapide. Faisons une comparaison caricaturale ou imbécile (mais Todd traite tous ceux qui le critiquent d’imbéciles, alors...) : J’ai appris ce matin dans la presse régionale que la ville de Marseille, avec une augmentation de 10% dans l’année, était la championne de France du nombre de mariages. Par ailleurs, Marseille étant la ville dans laquelle il y a le plus d’assassinats, faut-il en conclure qu’il y a une corrélation positive entre le taux de possesseurs de kalachnikovs et celui des nouveaux mariés ? Ridicule, bien sûr. Et même si, en prenant en compte toutes les villes de France on trouvait une telle corrélation, encore faudrait-il se demander si elle ne tient pas au hasard, et dans le cas contraire l’expliquer, l’interpréter. Par exemple, pour poursuivre la comparaison imbécile, dire que l’augmentation des mariages à Marseille s’explique par le vote de la loi sur le mariage pour tous, et que Marseille est une ville d’homos... Or c’est un peu là que le bât me paraît blesser dans la démarche de Todd : dans son analyse des données statistiques qui relève parfois, dans ce livre, du funambulisme.

Libération, faisant allusion aux insultes qu’il professe à l’endroit de ses contradicteurs, titrait ce matin : Contre Valls, le point Godwin de Todd. La formule mérite quelques explications, que le journal ne donnait pas. Mike Godwin, avocat américain, avait en 1990, à propos des débats en ligne, formulé une « loi » selon laquelle plus  ces débats duraient longtemps et plus la probabilité d’y trouver une comparaison avec Hitler ou les nazis approchait de 1. En bref, plus un débat s’éternise et plus on a de chance d’en venir à ce type d’argument. Et Todd, traitant Valls de pétainiste, atteignait le « point Godwin » ou démontrait sa validité. Mais cela ne concerne pas le livre de Todd, sa méthodologie, son utilisation des statistiques, simplement ses arguments polémiques.

Pour ma part, face à sa démarche, j’ai plutôt le sentiment que nous avons un scientifique tellement amoureux de sa méthodologie qu’il en devient incapable d’en critiquer les résultats, même lorsqu’ils peuvent être considérés comme aberrants. Tel un Pygmalion face à sa Galatée en quelque sorte.

 

 

 


barre

7 mai     2015 : Jeter les thermomètres avec l'eau du bain?
barre


Le maire de Béziers, Robert Ménard, vient de relancer de la façon la plus nauséabonde qui soit le débat sur les statistiques ethniques. Lundi soir, dans une émission de télévision, il annonce qu’il y a dans les écoles de sa ville 64,6% d’élèves musulmans. Et d’expliquer qu’il suffit pour établir ce chiffre de compter les enfants ayant un prénom arabe : « Pardon de vous dire que le maire a les noms, classe par classe, des enfants. Les prénoms disent les confessions, il ne faut pas nier l’évidence. Je sais que je n’ai pas le droit, mais on le fait ». Deux jours après, menacé de poursuites judiciaires, il se rétracte : « Il n’existe pas de fichier ou de comptabilité en mairie ». Ménard est donc soit un  menteur soit un trouillard : soit il a menti lundi soir, et l’on peut se demander pourquoi, soit il a dit la vérité mais a pris peur...

 Mais il faut aller plus loin. Ménard fait partie de ces idiots utiles qui, élus avec le soutien du Front National, peuvent dire ou faire les pires horreurs sans mettre en cause le parti qui l’a cautionné. Pour ne prendre qu’un exemple, il a décidé de rebaptiser la rue du « 19 mars 1962 » (date de la signature du cessez-le-feu en Algérie) en rue du « commandant Hélie Denoix de Saint-Marc », qui soutenait l’OAS. Un maire FN aurait pris une telle décision que son parti aurait été immédiatement taxé de fascisme, mais voilà, l’idiot utile n’est pas membre du FN...

Idiot il l’est d’ailleurs pour différentes raisons et de différentes façons. Par son mode de calcul, tout d’abord. Ma mère, née comme moi en Tunisie, s’appelait Meryem. Selon Ménard elle était donc musulmane, alors qu’elle était catholique. Mais surtout, pourquoi quelqu’un portant un prénom « arabe » serait-il nécessairement musulman ? Dirait-on de quelqu’une portant un prénom « français qu’il est catholique ?

Laissons l’idiot utile à ses idioties, si révoltantes soient-elles, car le débat qu’il relance est d’une toute autre portée. On le sait, la loi interdit en France la collecte et le traitement de « données à caractères personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ». Pour de bonnes raisons, bien sûr, mais des raisons qui pourraient bien s’apparenter au politiquement correct. Chaque jour ou presque des sondages nous donnent les pourcentages des partisans du Parti Socialiste, du FN ou de l’UMP (pardon, des Ripoublicains) qui pensent ceci ou cela de tel ou tel politique, ou qui voterait pour tel ou tel politique. Il s’agit bien de collectage et de traitement de données personnelles concernant les opinions politiques, mais il y a des dérogations à la loi. Or nous avons sans cesse besoin de ce genre de statistiques, pour des bonnes raisons. Lorsqu’on nous dit que les femmes sont, à compétence égales,  moins bien payées de les hommes, nous ne considérons pas ce discours comme sexiste. Alors, pourquoi serait-il raciste de chercher à savoir si les gens issus de telle ou telle communauté souffrent plus du chômage que d’autres, ou ont plus de difficultés que d’autres à trouver un logement ? On a beaucoup cité ces derniers mois une phrase d’Albert Camus selon laquelle « mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde ». Et mal connaître les choses, les réalités, ne serait-ce pas s’interdire de pouvoir intervenir sur elles, de pouvoir corriger des inégalités par exemple ?

Ainsi, comme linguiste m’intéressant à la politique linguistique, j’aimerais bien avoir des données précises sur le nombre de locuteurs en France du berbère, du breton ou du chinois. Ou encore, comme linguistique m’intéressant à la sociolinguistique urbaine, j’aimerais bien connaître la répartition quartier par quartier des différentes communautés linguistiques. Mais, pour ce dernier cas, on me dira sans doute qu’il y a là un risque de montrer du doigt des groupes de citoyens, d’essentialiser des communautés. Or cela me paraît relever d’une grande imbécilité. Les instruments de mesure de la réalité sociale sont des instruments de savoir et non pas de stigmatisation ou de ségrégation. Il s’agit de thermomètres, et ce n’est pas en cassant les thermomètres, ou en se refusant de les utiliser, que l’on pourra changer les choses. Les statistiques ethniques sont dangereuses? Ceux qui disent cela me semble témoigner d'une bien-pensance selon laquelle il suffirait d'enlever un n (la haine?) à ethnique pour garantir une certaine éthique, ce qui est un peu court.

En bref, vous l’aurez compris, je pense qu’il y a là un débat qui mérite d’être ouvert. Qu’il le soit à propos des déclarations d’un maire aux tendances populistes et racistes n’enlève rien à la chose. Les Biterrois, qui l’ont élu, ont ce qu’ils méritent, mais ceci ne nous empêche pas de dire qu’il ne faut pas jeter les thermomètres avec l’eau du bain.

 

 


barre

5 mai     2015 : Quelles langues pour quelles fonctions?
barre


Il y a une dizaine de jours, à la veille de partir en vacances aux Antilles, je publiais sur le site du Huffington Post  un article consacré à la polémique qui battait son plein en France à propos de l’enseignement de certaines langues. Je vous le donne ci-dessous, in extenso.

 

Les professeurs de langues, essentiellement d’allemand, de grec et de latin, ne sont pas contents de la réforme du collège proposée par Najat Vallaud-Belkacem. Derrière leurs arguments, en partie corporatifs et en partie pédagogiques, on ne trouve cependant pas d’analyse historique de la fonction et de l’utilité des langues, ce qui pourrait cependant être intéressant.

En 1532, dans son Pantagruel, Rabelais faisait écrire par Gargantua une lettre à son fils, parti étudier à Paris, une lettre dans laquelle il dressait son programme d’éducation. On y trouvait, pour ce qui concernait les langues, les propositions suivantes :

« J’entens et veulx que tu aprenes les langues parfaictement. Premierement la grecque, comme le veult Quintilian, secondement la latine ; et puis l’hebraïcque pour les saintes lettres, et la chaldaïcque et arabicque pareillement ; et que tu formes ton style quant a la grecque, a l’imitation de Platon ; quant a la latine, de Ciceron… »

Quels parents songeraient aujourd’hui à faire étudier par leurs enfants le grec, le latin, l’hébreu, le chaldéen et l’arabe, c’est-à-dire des langues utilisées à l’époque uniquement pour lire  des textes classiques et religieux ? Mais là étaient  les langues que l’on considérait comme importantes en 1532. Trois siècles plus tard, en mars 1838, une circulaire du ministre de l’éducation nationale stipulait que :

« L’université n’aura rempli sa tâche sous le rapport de l’instruction que lorsque les enfants, que les familles lui confient, sortiront des ses mains sachant tous, avec le grec et le latin, ces deux grands éléments de toute éducation libérale et forte, l’une de ces quatre langues : l’allemand, l’italien, l’espagnol ou l’anglais ».

Autres temps, autres langues : on gardait certes le latin et le grec et on y ajoutait une langue choisie parmi quatre, des langues de pays voisins et considérées comme utiles pour le commerce. La chronologie des créations d’agrégations (concours de recrutement des enseignants du second degré) de langues est d’ailleurs parlante : allemand et anglais (1848), italien et espagnol (1900), arabe (1906), russe (1945), portugais (1974), hébreu (1977), polonais (1978), japonais (1986), néerlandais (1998), chinois (1999)… On y lit en effet à la fois l’écho de la politique extérieure de la France, la trace des migrations et des idées sur l’avenir de certaines langues.

Pour revenir à aujourd’hui et à notre sujet, le latin et le grec n’ont évidemment plus la même fonction qu’en 1532 ou en 1838. Par ailleurs, le « baromètre Calvet des langues du monde »[1] propose pour les langues vivantes un classement dont voici les dix premières : anglais, espagnol, français, allemand, russe, japonais, néerlandais, italien, portugais, chinois. Le « poids » de ces langues est établi grâce au traitement statistique de différents facteurs. Le mandarin par exemple est bien sûr la langue la plus parlée, mais l’anglais, le français, l’espagnol, l’arabe et le portugais sont, dans cet ordre, celles qui sont officielles dans les plus grand nombre de pays, d’autres sont celles dont on traduit le plus, d’autres encore sont celles dont les locuteurs ont la natalité la plus forte, etc.[2]

En réfléchissant sur ces données et en prenant en compte leur évolution probable, on se rend compte par exemple que l’allemand, qui est actuellement la quatrième langue du monde, est géographiquement peu dispersée (son « entropie » est faible), officielle dans peu de pays, que sa population de locuteurs décroît, et que l’on peut penser par exemple que le portugais le rejoindra, voire la dépassera, d’ici peu.

A quoi peuvent donc servir ces trois langues, allemand, latin et grec ?

L’allemand remplit depuis un demi-siècle dans l’enseignement français une double fonction. Langue de sélection ou de distinction d’une part, parce que considérée comme difficile, cela tout le monde le sait, mais surtout langue « politique ». Depuis près de vingt ans, parce que de moins en moins d’élèves l’étudient, la France truque à la hausse ses besoins d’assistants ou de lecteurs d’allemand pour se garantir qu’en retour l’Allemagne continuera de réserver au français un place convenable dans son système éducatif.

Le grec classique remplit une fonction très différente. Dans son roman  Paris-Athènes  l’écrivain Vassilis Alexakis se souvient qu’au début de sa vie en France il entendait les mots prothèse, aphorisme, ténia, en leur sens grec (« intention », « excommunication », « film ») et ajoutait : « si l’on m’avait parlé à cette époque d’une bonne prothèse ou d’un mauvais ténia j’aurais compris probablement qu’il s’agissait d’une intention louable et d’un film raté ». Dans un autre de ses romans, Le premier mot, il cite le cas de nostalgie, construit sur deux racines grecques (νόστος « retour » et λγος « souffrance »), mais qui n’a jamais existé en grec et apparaît pour la première fois en 1688 dans le titre d’un ouvrage du médecin suisse Johannes Hofer, pour désigner l’humeur ressentie par les exilés, le « mal du pays ». Et, dans un récent roman, il revient sur le même thème avec humour, notant que :

« tous les Français meurent d’une maladie grecque ,  j’ai cité la cirrhose, le diabète, l’encéphalite, la pneumonie, l’artériosclérose, la cardiopathie, la gangrène, la méningite, la poliomyélite »[3].

 

En fait nos langues européennes modernes puisent parfois dans une sorte de fonds commun méditerranéen et construisent à partir de racines grecques ou latines des mots qui n’ont pas nécessairement existé en grec ou en latin, comme nostalgie que nous venons d’évoquer, ou comme chronophage pour désigner ce qui prend du temps, thalassothérapie pour désigner l’usage thérapeutique de l’eau de mer ou encore cantologie pour désigner l’analyse du chant ou de la chanson, avec un mélange de racines latines et grecques.

Tous les néologismes, bien sûr, ne sont pas construits à partir de racines étrangères. Lorsque par exemple en français un pantalon  dont les jambes ne descendent que jusqu’au mollet est appelé pantacourt il y a tout à la fois création d’un nouveau mot, peut-être une étymologie populaire (selon laquelle un pantalon serait un pantalong) mais aucune utilisation d’éléments étrangers à la langue. En revanche, lorsque le grec autos (« lui-même », « le même »), sans doute par le biais de l’abréviation d’automobile  en auto,  devient un élément de composition pour des mots comme autoroute ou autostop, ou lorsque le mot grec archi, du verbe grec arkhein, « commander » (d’où archange, archiduc,  archevêque...) est utilisé comme superlatif pour construire des formes comme archi-simple ou à l’inverse archi-compliqué, nous avons des éléments d’origine grecque utilisés pour construire des mots d’usage quotidien et non plus savants. Beaucoup de mots « grecs » ou « latins » ont ainsi été inventés bien après l’apogée de la Grèce ou celle de l’empire romain.

Nous savons tous qu’un hypermarché est plus grand qu’un supermarché, mais nous ne savons pas nécessairement que pour marquer en français cette opposition de taille nous passons d’un préfixe grec à un préfixe latin. De la même façon les jeunes Français, pour exprimer leur admiration, alternent sans le savoir entre ces deux langues : c’est super/c’est  hyper. Le grec constitue donc aujourd’hui une sorte de boite à outils néologique dans laquelle nous puisons sans cesse et l’on pourrait imaginer un enseignement de cette langue axé sur la compréhension de ces phénomènes de formation de mots.

Quant au latin il se situe, c’est une évidence, au centre d’une galaxie de langues romanes qui, ajoutées les une aux autres, ont plus de locuteurs que l’anglais et bientôt autant que le mandarin. Le latin constitue une passerelle entre ces langues. Pourquoi dès lors ne pas proposer, en France mais aussi partout dans le monde, l’enseignement d’un minimum de latin permettant la compréhension des correspondances entre le français, l’italien, l’espagnol, le portugais, le corse ou le provençal ? Les rapports entre chant et canto, entre cheval et caballo, entre fils, hijo et filho, entre cane et chien, en fuoco, fuego et feu, ou entre huevo et œuf, pour ne prendre que quelques exemples s’éclairciraient ainsi à l’aide de règles simples.

Le problème n’est donc pas de se battre pour maintenir l’enseignement du grec ou du latin ne varietur mais d’imaginer une autre pratique facilitant la compréhension de la langue maternelle, français ou portugais, italien ou espagnol, tout en ouvrant des horizons sur nos racines, sur notre histoire, sur les sources de nos langues et de nos cultures. 

 



[2] on trouvera sur le site du baromètre des explications détaillées concernant nos facteurs et leur traitement

[3]  V. Alexakis, La clarinette, Paris, Seuil, 2015, page 70


barre

22 avril     2015 : Chic alors!
barre


Chic alors, l’équipe du Qatar (je veux dire le Paris Saint-Germain) a perdu à Barcelone ! En fait je me fous du foot comme de ma première chemise, mais il y a des jours où l’obscène accumulation du fric vous dégoûte et où son échec réjouit. Plus sérieusement : chic alors, je pars en vacances ! Cela fait des mois que je bosse sur un livre que je viens de terminer et je prends dix jours de vacances. Alors, à plus !

 

barre

19 avril     2015 : Ripoublicains
barre

Je m’étais le 14 avril amusé autour du changement de nom de l’UMP, voulant devenir Les Républicains pour tenter de séparer le « nouveau » parti des différents scandales financiers qui sont associés à l’ « ancien ». J’avais oublié un petit détail. En 1977 Valéry Giscard d’Estaing créait le Parti Républicain, qui devait l’aider à devenir président de la République. Mais, vingt ans après, le parti giscardien changeait de nom et devenait « Démocratie Libérale ». Les mêmes causes produisaient les mêmes effets : la justice enquêtait sur des financements occultes  du Pari Républicain. Mais il faut ajouter une nouvelle pièce au dossier du parti sarkozyste. Les Républicains, disent certains, est un véritable hold-up sémantique puisque ce terme est un héritage commun, remontant à 1789, et que nous sommes tous républicains. Un avocat, Christophe Léguevaques, serait même sur le point d’entamer une procédure judiciaire pour « appropriation d’un patrimoine commun ». A suivre.

Mais au fond peu importe. Qui pourrait vraiment croire que ce changement de nom fera oublier les vicissitudes de l’UMP ? L’UMP était pourrie, Les Républicains ne le seraient pas, alors qu’il s’agit des mêmes acteurs ? Il suffit simplement, pour le pas oublier, de les appeler désormais Ripoublicains.

 


barre

15 avril     2015 : Suicidaire...
barre

Tout le monde le sait désormais, la maison de la radio, ou « maison ronde », ne tourne pas rond, ou tourne en rond. Vingt-neuf jours de grève, avec entre 8 à 10% de grévistes à l’appel d’une intersyndicale de cinq membres(CFDT, CGT, Unsa, Sud et Snfort), enfin jusqu’à hier. En effet, quatre d’entre eux ont appelé à la suspension de la grève, seule la CGT s’obstinant. Et les auditeurs des chaînes de Radio France n’en savent toujours pas beaucoup sur les raisons du mouvement. Mais ce qui me frappe, à travers des articles de presse et quelques interviewes, c’est que jamais n’est abordé la question des contenus, du style, du ton, en bref des programmes. Les enquêtes d’opinion semblent montrer une certaine fidélité des auditeurs, un soutien aussi, un soutien qui ne peut être que passif puisque les grévistes ne s’adressent pas à eux.

La France est un pays paradoxal. Le taux de syndicalisation y est le plus bas de tous les pays de l’OCDE (autour de 8%) alors que c’est dans notre pays qu’on trouve le taux de couverture le plus élevé de salariés par des conventions collectives. C’est-à-dire que les non-syndiqués, très majoritaires, profitent de l’action des syndicats, minoritaires. Mais ce paradoxe n’autorise pas ces syndicats à faire n’importe quoi, à s’enferrer dans des conflits sans issue pour ne pas perdre la face. Ce que qui semble se passer à Radio France, et cela commence à être irresponsable, voire suicidaire. Encore un effort, camarades, et comme à la SNCM (Société Nationale Corse Méditerranée) vous parviendrez à mettre l’entreprise en faillite.

 


barre

14 avril     2015 : Dynasties et pseudonymes
barre

Dynastie : du grec dynasteïa, « souveraineté, puissance » a lentement pris en français le sens de « suite de souverains » de la même branche familiale, ensuite élargi à celui de succession de personnes de la même famille dans les mêmes fonctions, industrielles ou politiques. Dans ce dernier cas on songe bien sûr  à des exemples nord-américains, les Kennedy, les Bush, maintenant les Clinton, mais la France n’est désormais pas en reste puisque Jean-Marie Le Pen, après avoir mis sa fille à la direction du Front National veut maintenant se faire remplacer par sa petite fille en tête de liste des élections régionales dans la région PACA. Jusqu’ici, nous connaissions les files ou filles de, dans la chanson ou le cinéma, voici donc que la politique est elle aussi atteinte par le syndrome dynastique.

Dans le cas du FN, il y a jusqu’ici parallélisme entre le nom d’une formation et celui des dirigeants : FN=LE Pen, comme les capétiens ont longtemps été à la tête du royaume de France. Voici que dans la droite un peu (à peine) moins extrême on se prépare à changer le nom de la structure : l’UMP va devenir Les Républicains. Mais un rapide regard sur l’histoire récente nous montre qu’il s’agit d’une habitude. Lorsque De Gaulle revient aux affaires en 1958 il crée un mouvement à sa botte, l’UNR (Union pour la Nouvelle République), qui après quels avatars mineurs devient en 1968 l’UDR (Union pour la Défense de la République), vite transformée en Union  des Démocrates pour la République. Ici on change un mot mais on conserve le sigle.  Le RPR (Rassemblement pour la République) est ensuite créé pour soutenir Jacques Chirac en 1976, transformé en 2002 en UMP (Union pour un Mouvement Populaire), toujours soutien de Chirac avant de devenir celui de Sarkozy. Union, puis Rassemblement puis à nouveau Union, on reste dans le regroupement, mais regroupement pour quoi ? Pour la République, longtemps, puis pour un mouvement populaire. Et surtout, alors que UDR était une union des démocrates, l’UMP se prépare à changer de bord, si nous jugeons la sémantique à l’aune de la politique européenne, pour devenir  Les Républicains. Qui, bien sûr, seront au service de Sarkozy.

Cette modification, pour l’instant purement sémantique (nous ne savons pas, en effet, en quoi Les Républicains seront politiquement différents de l’UMP), a bien entendu une fonction évidente : tenter de faire oublier les dérives financières du parti, couper le cordon entre l’affaire Bygmalion et l’UMP.

Et ceci me rappelle une autre affaire baptismale si je puis dire, celle du Crédit Lyonnais , dont le logo était C. Frôlant la faillite en 1993 (elle perd plus de 100 milliards de francs), soupçonnée en  2005 d’avoir utilisé un prête-nom (la MAAF) pour acquérir  une compagnie d’assurance américaine (la banque évitera le procès en payant 525 millions de dollars), elle devient LCL 2005. Fini le Crédit Lyonnais ou le CL, donc, oublié le scandale financier. Mais, le pseudonyme était transparent : prononcez LCL comme on prononce les lettres de l’alphabet, vous entendrez « elle c’est elle ». Oui, c’est bien elle, la même banque. Alors, Les Républicains feront-ils oublier l’UMP ? Le pseudonyme cachera-t-il vraiment le nom d’origine ? Ce sont peut-être les juges financiers qui, in fine, répondront à cette question.

 

 


barre

13 avril     2015 : Mauvaise mémoire ou mauvaise foi?
barre


Dimanche soir, sur France Inter, Bruno Le Maire répondait aux questions de journalistes. Ou plutôt faisait semblant de répondre. L’un des intervieweurs lui demande si la vente d’avions Rafales à l’Arabie Saoudite puis, tout récemment, à l’Inde, est une victoire sous l’Elysée. « Une victoire pou M Dassault » réponde Le Maire qui explique qu’il s’agit d’une grande et belle entreprise, française, pleine de réussites, pleine d’avenir, et.. Oui, enchaîne le journaliste, mais c’est bien le président Hollande qui a accompagné, facilité les négociations. Imperturbable, Le Maire poursuit son panégyrique de Dassault. Le journaliste insiste : Monsieur Sarkozy, lorsqu’il était président, a sans cesse annoncé avoir vendu des Rafales, en particulier au Brésil, alors qu’il n’en était rien. Ici, n’est-ce pas aussi la discrétion qui a payé avec François Hollande? Le Maire cherche à passer à autre chose, il semble avoir perdu la mémoire : cela ne lui rappelle rien, et si l’Inde ou l’Arabie Saoudite ont acheté des Rafales, c’est tout simplement grâce à la maison Dassault.

Un autre journaliste l’entretient des porte-hélicoptères Mistral que la Russie a commandés à la France et que cette dernière a bloqué depuis l’invasion de la Crimée puis d’une partie de l’Ukraine par la Russie. Vous êtes d’accord ? demande le journaliste. Etre d’accord ? Ecoutant la radio, je ne pouvais pas voir son visage, mais Le Maire a dû pâlir à la simple idée de pouvoir être d’accord avec la politique du pouvoir socialiste. Mais que dire ? Qu’il n’est pas d’accord ? Difficile de défendre Poutine. Alors il se lance :  « J’ai toujours dit qu’il fallait suspendre cette vente, mais il fallait le faire beaucoup plus tôt. Plus tôt que quoi ? Le contrat concerne deux porte-hélicoptères, la vente des deux est bloquée, aucun n’a donc quitté la France. Bref Bruno Le Maire n’a plus de mémoire lorsqu’il s’agit des rodomontades de Sarkozy à propos de la vente des Rafales, et il est d’une énorme mauvaise foi lorsqu’il s’agit des Mistrals.

C’était un extrait du discours politique ordinaire.



barre

8 avril